Archives de catégorie : Loisirs/Voyage

Le nid de Naïk sur l’île Nosy Komba

Contact
www.coco-komba.com
Naïk et Patrick COCAULT
Auberge COCO KOMBA
NOSY KOMBA
032 88 211 37
032 88 477 13
P1010352
ATT_1437382527891_coco3
ATT_1437382534280_P1220072
2010-968_1895-Naïk (640x428) - Copie

Naïk Cocault
J’ai 57 ans. Nous avons habité 15 ans Plaintel, où suite à mes études en horticulture, j’ai repris un magasin de fleurs. Ensuite, avec mon mari Patrick, nous avons habité Pordic.
Nous étions à la tête de Polygone Cuisines pendant 20 ans.
Le choix de Madagascar
Nous sommes arrivés à Madagascar en janvier 2011. Après 2 mois de recherche nous avons trouvé notre petit nid sur l’île de Nosy Komba, au nord-ouest de Mada, à côté de sa  grande sœur Nosy-Be. Nous préparions ce changement de vie depuis 2004, suite à un gros coup de cœur. Nous sommes tous les 2 plongeurs et pêcheurs. C’était donc le rêve !
Ce qui nous a séduits, la gentillesse et l’accueil des Malgaches, souriants et heureux.
Le projet
Après avoir défriché un petit bout de cette île, sans route et où le seul accès se fait par la mer, nous avons construit un petit hôtel de 5 bungalows autonomes en énergie solaire 24h/24. L’eau de source est captée en direct et nous avons même Canal Sat. Donc le grand confort sous les tropiques !
Ce qui est fort appréciable. Nous avons pu mettre en application toutes nos connaissances de bâtisseurs, d’horticulteurs. Passionnée de cuisine, j’ai retrouvé le goût d’une nourriture simple mais tellement riche et savoureuse.
Ses coins préférés
J’aime particulièrement la réserve de Nosy Tanikely pour le snorkeling*, me balader dans la plantation Millot à Ambaja mais aussi faire une matinée de courses au marché de Helville.

Visite de l’entreprise Léonard (Fabrication de pinceaux) avec Cécile

Aujourd’hui, nous parlons d’industrie mais sait-on ce qui se passe entre la matière première et le produit fini qui en découle ?, questionne Cécile. On s’est aperçu qu’il y avait une grande différence entre expliquer l’histoire sociale du pinceau à Saint-Brieuc et la montrer, faire entrer le visiteur sur le lieu de travail ». Ainsi est née la visite de l’entreprise Bullier qui fabrique les pinceaux siglés Léonard. Dans un espace muséographique aménagé à l’entrée des ateliers, elle revient sur l’histoire familiale. La famille Bullier rachète, en 1840, l’entreprise créée à Paris en 1777 et l’installe à Saint-Brieuc
en 1866. « Saint-Brieuc, parce qu’à l’époque le déclin du tissage avait poussé la main d’œuvre du Centre Bretagne vers les grandes villes, mais aussi parce que certaines matières comme le bois ou la soie de porc étaient présentes localement et les autres arrivaient par caboteur au port du Légué. Plus de 1000 brossiers travaillaient à Saint-Brieuc ».
Contact : www.baiedesaintbrieuc.com
02 96 33 32 50
DSC_9877
Cécile